Le principe de respect de la nature repose sur l’idée que la conscience guide tous les processus de vie. Cette conscience s’étend à tout ce qui pousse. L’Agriculture Naturelle reconnaît que les plantes sont des entités vivantes.

Une graine est plantée dans la terre. Il pleut, et la graine germe et prend racine. C’est de la terre que les racines tirent leur nourriture et leur eau. Les feuilles absorbent la lumière du soleil et, par photosynthèse, transforment la matière inorganique en matière organique. Ceci stimule la croissance. A l’encontre de ce mécanisme, des dizaines de millions de micro-organismes dans la terre assistent la transformation de la matière organique en matière inorganique. A l’état naturel, la terre est pure et contient tous les éléments nécessaires au développement de plantes saines. La plante finit par fleurir, et grâce à la pollinisation des insectes, porte les fruits qui renferment la nouvelle génération de graines. Quel rôle la main de l’homme a-t-elle à jouer ? Une intervention humaine trop importante peut entraver ce processus et nuire aux forces de la nature, entraînant toutes sortes de déviations. Mais en créant une collaboration spirituelle, nous pouvons guider, soutenir, et optimiser la production naturelle des aliments.

Une plante croît au milieu d’une myriade de relations : relations avec les plantes avoisinantes, avec les mauvaises herbes qui l’entourent, avec les insectes, les oiseaux, les écureuils, les vers de terre, les taupes. Tous ces éléments constituent l’environnement naturel de la plante, et la plante est influencée par chacun d’entre eux. De plus, les étangs, les rivières, les arbres, les bois et les montagnes alentours contribuent eux-aussi à l’environnement naturel de la plante et à sa croissance. L’effet du soleil, de la pluie, du vent, du changement de saison, des conditions météorologiques annuelles, le climat régional, tous ces éléments définissent la place qu’occupe cette plante dans la Nature. Sa croissance et sa composition sont également affectées par l’énergie et la chaleur venant du cœur de la terre, du soleil, et d’autres corps planétaires. Tout aussi importante est sa relation avec le fermier. La philosophie de l’ Agriculture Naturelle affirme que les plantes réagissent aux pensées, aux émotions, et aux actions des personnes qui s’occupent d’elles. Plus le fermier est conscient de l’interrelation présente au sein de la nature, plus il pourra jouer son rôle dans le maintien de l’équilibre et de l’harmonie indispensables à une vie végétale florissante.